Notre équipe

L’une des grandes forces de la Chaire est notre équipe de recherche-action réunissant des chercheurs, des patients, des cliniciens, et des membres de la communauté. L’échange des savoirs scientifiques, expérientiels et professionnels est au coeur de notre travail. Curieux et ouverts à de nouvelles perspectives, notre équipe rassemble des experts en recherche participative, engagement communautaire, médecine, psychologie, anthropologie, sciences sociales, santé publique, gestion et innovation sociale. La Chaire offre un riche milieu de formation pour des étudiants gradués et stagiaires postdoctoraux. Ouverte à une pluralité de savoirs, notre équipe est la première Chaire de recherche du Canada à être co-dirigée avec une patiente sur la base de son expérience plutôt que des diplômes​

La Chaire est un pont entre la science, la clinique et la communauté. Nous construisons des nouvelles connaissances avec les patients et les citoyens. Notre travail est ancré dans des valeurs communes d’inclusion, de respect, de collaboration, de réciprocité, d’humilité, d’humanité et d’engagement communautaire. Nous considérons le partenariat avec les patients et les communautés comme une relation, un art et une science. Nous faisons progresser les connaissances pour soutenir des partenariats mutuellement bénéfiques, inclusifs et durables. Nous évaluons l’impact de ces partenariats sur la santé et l’entraide sociale. Ensemble, nous prenons soin les uns des autres.

Co-direction

Antoine Boivin

Titulaire et co-directeur de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés

Antoine Boivin, MD, PhD est médecin de famille et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. Médecin dans la communauté Centre-Sud de Montréal, il a complété une maîtrise et un PhD en recherche sur les services de santé au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Depuis les 15 dernières années, ses travaux de recherche portent sur l’engagement des patients et des citoyens dans les soins communautaires de santé, l’organisation des services et la recherche. Il a publié dans le British Medical Journal, le Milbank Quarterly (article de l’année), Implementation Science (« article distingué de l’année » du North American Primary Care Research Group) et Health Expectations (article les plus cités en 2018). Co-fondateur du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public, une des plus grandes organisations sur la science et les pratiques de partenariat, il est également co-directeur de l’Unité de Soutien SRAP-Québec, où il pilote des initiatives nationales sur l’évaluation de l’engagement des patients et du public. En 2020, il s’est vu décerner le prix Donald I. Rice pour vision et leadership par le Collège des médecins de famille du Canada.

Ghislaine Rouly

Co-directrice de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés – Patiente partenaire

Ghislaine Rouly est patiente depuis sa naissance, vivant avec deux maladies génétiques orphelines et a survécu à trois cancers majeurs.​ Depuis toujours, elle navigue dans le milieu de la santé et a acquis un niveau de connaissances expérientielles uniques en tant que patiente et pair accompagnatrice auprès de personnes vivant avec des problématiques médico-sociales complexes. Depuis plus de 50 ans, Ghislaine fait de l’accompagnement de fin de vie et a siégé sur le comité de gouvernance de l’aide médicale à mourir (AMM) du CHUM en 2015 et siège depuis sur les Groupes interdisciplinaires de soutien (GIS) à l’AMM, au CHUM et aux CIUSSS du Centre-Sud et du Nord-de-l’Île de Montréal.

Depuis 2012, elle œuvre auprès du bureau du partenariat patient (BPP) à la faculté de médecine de l’Université de Montréal. Elle participe au mentorat, aux cours d’éthique, aux trois cours CSS sur les pratiques collaboratives et siège également sur le comité de patients recruteurs. Ghislaine agit également comme patiente partenaire au Centre d’excellence sur le Partenariat avec les patients et le public (CEPPP) depuis sa fondation en 2016 où elle est co-présidente du conseil stratégique.

En collaboration avec le Dr Antoine Boivin, elle contribue à l’ensemble des projets scientifiques de la Chaire en première ligne, itinérance, santé mentale, santé autochtone, santé des femmes, migrants, jeunes, aînés et fin de vie. Elle œuvre comme partenaire dans l’ensemble du cycle de recherche et de création des connaissances (orientations stratégiques de la Chaire, embauches, co-supervision d’étudiants et mentorat, développement de protocole, éthique, design d’interventions, collecte et analyse de données et échange de connaissances). Elle a publié 6 articles dans des revues internationales avec des comités de pairs et donné plus de 70 conférences (incluant 10 conférences internationales sur invitation). Elle est également co-fondatrice du programme de recherche-action Communauté soignante sur l’intégration des pairs en soins communautaires.

Son expertise comme patiente-chercheuse est sollicitée auprès de plusieurs organisations en Amérique du Nord (MSSS, INESSS, FMOQ, CPCRN, (Réseau de recherche canadien en soins de première ligne), Patient-Centered Outcome Research Institute aux États-Unis) et à l’international (France, Irlande, Royaume-Unis et Japon).

En 2023, elle devient co-directrice de la Chaire au côté du Dr Antoine Boivin.

Équipe

Geneviève Castonguay

Gestionnaire scientifique

Geneviève Castonguay est gestionnaire scientifique de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. Après avoir complété un doctorat en psychologie communautaire (UQAM), elle a coordonné de nombreux projets de recherche en santé publique comme associée de recherche (Institut national de la recherche scientifique, Université McGill). Elle a notamment mené des projets portant sur l’adaptation des personnes âgées en milieu institutionnel et la relation des enfants avec leur quartier. Elle a également coordonné un programme épidémiologique basé sur l’approche du parcours de vie et des projets visant à améliorer l’accès aux soins buccodentaires à l’échelle canadienne. Elle a ainsi acquis de l’expertise en méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes, ainsi qu’en administration de la recherche. Elle s’est jointe à la Chaire en 2019 pour y mettre à profit son expérience de recherche en santé publique, son profond intérêt pour les projets en partenariat avec la communauté, et pour continuer d’apprendre de tous ceux dont elle a la chance de croiser la route.

Émilie Lessard

Responsable en évaluation participative

Émilie Lessard est anthropologue et détient un doctorat en santé des populations. Émilie a travaillé comme conseillère aux familles dans le domaine funéraire durant ses études en anthropologie. Ce travail lui a permis d’accompagner des centaines de familles endeuillées à travers tout le processus du rite funéraire et d’approfondir ses réflexions sur la fin de vie et la mort au Québec. Elle enseigne également au certificat en gérontologie à l’Université de Montréal et elle a participé à différents projets de recherche en lien avec le deuil, les soins palliatifs et de fin de vie. Sa recherche doctorale, une recherche-action participative portant sur l’expérience des soins palliatifs à domicile du point de vue des personnes âgées en fin de vie, de proches aidants endeuillés et d’une équipe dédiée en soins palliatifs à domicile au Québec, a permis de mieux soutenir la préférence des personnes âgées en fin de vie et leurs proches quant au choix du lieu de soins palliatifs et de décès. Dans une perspective anthropologique appliquée à la santé des populations, elle s’intéresse aux inégalités sociales en santé (populations marginales et vieillissement), aux soins palliatifs et de fin de vie, au deuil en temps de pandémie, à l’approche des communautés compatissantes, ainsi qu’à l’influence des représentations socioculturelles de la fin de vie et de la mort sur les expériences contemporaines du mourir. Elle a rejoint la Chaire en tant que responsable de l’évaluation participative, notamment pour les projets Communautés compatissantes et Communauté soignante.

CPPP-Mathieu-Isabel
Andreea-Cătălina Panaite

Agente de recherche

Andreea-Cătălina Panaite est agente de recherche à la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. Elle obtient une maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal en 2021, après y avoir complété son baccalauréat. Durant ces années, Andreea travaille comme auxiliaire d’enseignement au département de sociologie. Elle contribue également à un projet de recherche sur les expériences de deuils de personnes (in)volontairement sans enfant au Québec, mené à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) (2018-2021).

À travers son parcours, elle développe un intérêt grandissant pour les approches scientifiques qui reconnaissent les apports des savoirs expérientiels et tout particulièrement pour les méthodes de recherche qualitatives. Elle s’est jointe à la Chaire en 2021 et coordonne actuellement le projet Communauté soignante, un programme de recherche participative sur l’intervention par les pairs en santé communautaire.

CPPP-Gwenvael-Ballu
Gwenvaël Ballu

Agente de recherche

Gwenvaël Ballu est agente de recherche à la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. Elle détient une formation initiale en multimédia et un baccalauréat en psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Après 15 ans dans le secteurs des communications, dont 5 en enseignement collégial, elle travaille maintenant en recherche participative depuis plusieurs années.

Elle encadre actuellement deux jeunes co-chercheurs et coordonne un projet visant à impliquer de jeunes patients atteints de cancer dans le processus de recherche.

Daniel Turgeon

Pair Aidant / Assistant de recherche

Daniel Turgeon détient un baccalauréat de l’Université Concordia et a étudié le droit en Californie. Il parle 3 langues et a voyagé dans plus de 15 pays.

Il a également été entrepreneur pendant 14 ans, ce qui était le centre de son univers. Lorsque l’économie a ralenti, son entreprise a fermé et il a perdu sa copropriété, sa voiture et a été aliéné de son cercle immédiat. Étant maintenant de l’assistance sociale, il ne pouvait plus offrir son loyer et considérait comme la seule option pour vivre dans la rue.
Ce qui était l’aspect le plus négatif de sa vie s’est transformé en quelque chose de positif, il est maintenant un pair aidant certifié qui redonne à la population volontaire la plus stigmatisée de sa communauté.

Son objectif est d’aider les personnes en situation d’itinérance à atteindre un certain niveau de normalité en utilisant l’écoute active, le soutien et la navigation.

Il donne également des conférences aux organismes universitaires, institutionnels et gouvernementaux pour changer les attitudes et former les meilleures pratiques pour l’itinérance.

Mary Anne Levasseur
Mary Anne Levasseur

Citoyenne-partenaire-chercheure
Projet Communauté Soignante

Mary Anne possède une vaste expérience de travail avec les familles et les proches aidants dans des groupes de soutien par les pairs, notamment en tant que paire aidante famille pour les groupes de soutien dans le cadre du Programme de prévention et d’intervention précoce pour le premier épisode de psychose. Elle a également co-animé des groupes de formation sur le soutien familial par les pairs. Mary Anne contribue activement en utilisant ses savoirs expérientiels et ses connaissances dans divers projets de recherche axés sur la famille, les membres de l’entourage et les patients partenaires. Son intérêt pour la santé mentale en tant que paire aidante famille et citoyenne-partenaire dans les soins de santé canadiens est fondé sur son expérience personnelle de proche aidante et de défenseure de son fils.

« Même s’il faisait face aux défis de troubles en santé mentale, mon fils a continué d’exceller à bien des égards, espérant toujours un rétablissement complet et une meilleure qualité de vie. Tout au long de notre recherche conjointe infatigable de soins de santé, de traitement, de réadaptation et de services de rétablissement appropriés, j’ai appris à naviguer dans le système de santé mentale, à plaider en faveur de services appropriés, à m’engager et à collaborer avec une multitude de fournisseurs de soins de santé, d’établissements et d’organismes gouvernementaux afin de soutenir mon fils dans son parcours difficile. Cette expérience de vie de proche aidante et de défenseure, ainsi que mon expérience universitaire et professionnelle, ont grandement contribué à mes compétences et à mes connaissances en tant que citoyen-partenaire, paire-chercheure et paire aidante famille. »

Diplômée de la maîtrise en études théologiques de l’Université Concordia, Mary Anne participe activement, à titre de citoyenne-partenaire-chercheuse, à divers projets de recherche axés sur les familles et membres de l’entourage et les patients partenaires. En collaboration avec un groupe de proches aidants de diverses communautés de partout au Canada, Mary Anne a aidé à établir le Conseil des Familles et Aidants au sein d’ACCESS Esprits ouverts, un réseau national de recherche et d’évaluation sur les services de santé mentale pour les jeunes. Elle est également un membre fondateur du Réseau des Patients Partenaires, une communauté pancanadienne de patients partenaires dans l’amélioration et les services de soins de santé, ainsi que membre fondateur de la Communauté Nationale de Pratique en Santé Mentale des Pairs Aidants Famille au Québec.

Mary Anne a rejoint l’équipe de la Chaire Interdisciplinaire de Santé et de Services Sociaux en milieu rural de l’Université du Québec à Rimouski en 2021 à titre de citoyenne-partenaire-chercheuse.

Mary Anne est heureuse de se joindre à l’équipe de la Chaire de recherche du Canada sur le Partenariat avec les Patients et les Communautés à titre de Paire Coordinatrice au projet Communauté Soignante.

« J’espère qu’en partageant mon expérience, mon expertise et mes connaissances en matière d’accompagnement et de soutien, en tant que membre de cette équipe, je pourrai continuer à soutenir activement les autres, ainsi qu’à contribuer à l’amélioration de la recherche, des ressources et des services en santé. »

Vera Granikov
Vera Granikov

Stagiaire postdoctoral

Vera est chercheuse postdoctorale à la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. En tant que chercheuse, spécialiste en information et citoyenne engagée, Vera vise à contribuer à une société apprenante en favorisant la littératie en santé par la collaboration et l’engagement.

Vera est titulaire d’un doctorat en sciences de l’information de l’Université McGill. Dans sa thèse, elle a examiné les facteurs et les retombées de la veille collaborative qui permet aux membres d’une communauté ou d’une organisation de collaborer pour surveiller, analyser et partager de nouvelles informations. Elle possède près de 15 ans d’expérience en recherche sur l’information en santé et la recherche axée sur le patient. Elle est spécialisée dans les revues systématiques, les méthodes mixtes (intégration de méthodes quantitatives et qualitatives) et les approches de recherche participative. Elle a aussi travaillé comme spécialiste en information intégrée à la recherche et comme coordonnatrice de la recherche au Département de médecine de famille de l’Université McGill. Elle a participé activement au développement du Réseau McGill de recherche en soins de santé de première ligne (RRAPPL) comme première coordonnatrice, ainsi qu’à la composante de développement des méthodes, maintenant l’axe de valorisation des données, de l’Unité de soutien au système de santé apprenant (SSA) Québec.

Passionnée par le rôle de l’information dans la prise de décision et la participation des patients et des citoyens, Vera a dirigé le développement de deux sites Web éducatifs, Aide informationnelle en ligne en santé et Comprendre la recherche. Dans sa communauté, elle a mis sur pieds des ateliers de littératie informationnelle et digitale dans l’école primaire de ses enfants. Dans le cadre de sa recherche postdoctorale, elle étudie comment renforcer les capacités en matière de littératie en santé en apprenant ensemble et en partenariat avec les communautés. Elle est financée par les Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

Claudio Del Grande
Claudio Del Grande

Professionnel de recherche

Claudio Del Grande détient un baccalauréat et une maîtrise en sociologie. “Intellectuel à tout faire”, Claudio est un généraliste de la recherche qui a mobilisé ses compétences en méthodologies qualitatives et quantitatives—de l’ethnométhodologie aux essais contrôlés randomisés—au sein de diverses équipes de recherche et organisations dans l’écosystème de la santé au cours des 15 dernières années.

Claudio complète en ce moment un doctorat en santé publique à l’Université de Montréal. Dans le cadre de ses travaux, il a impliqué des patients atteints de maladies chroniques à un niveau stratégique en vue de consolider leurs priorités concernant l’organisation des soins primaires au Québec. Son souhait est de faciliter et d’étendre l’engagement des patients et du public au plus grand nombre de personnes afin de rendre leurs voix incontournables pour façonner l’avenir de nos systèmes de santé.

 

Christine St-Onge

Étudiante MSc

Être sage-femme — Chaque femme que j’accompagne dans ce passage vers la maternité demeure une occasion réciproque d’apprentissage et de partage. Le partenariat avec les femmes caractérise cette relation particulière. La connexion humaine qui se tisse au fil des rencontres dans la continuité permet d’établir ce lien de confiance. Cette relation se construit dans un climat d’accueil, d’écoute, de respect et d’autonomie dans une relation égalitaire. Mon rôle réside dans l’appropriation de l’autonomie des femmes dans ce processus de mise au monde. Chaque naissance représente un moment privilégié d’admirer la force des femmes dans le dépassement de soi. Chaque petit humain accueilli constitue un moment de bonheur indescriptible. Au-delà la douleur de l’enfantement, la femme en gardera un souvenir positif selon la qualité de l’accompagnement reçu. Cet accompagnement singularise la pratique des sages-femmes. Par ma recherche de maîtrise sur le partenariat des femmes et des sages-femmes, j’espère contribuer à l’amélioration des services offerts aux femmes.

Odile-Anne Desroches

Étudiante MSc

Odile-Anne s’est jointe à la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés dans le cadre de sa maîtrise en santé publique. Elle s’intéresse particulièrement au rôle des interactions avec la communauté sur le rétablissement en santé mentale. C’est d’abord son intérêt envers la santé mentale qui l’a menée à effectuer un baccalauréat en psychologie. À travers des expériences en relation d’aide, elle a réalisé les limites des interventions individuelles dans un contexte où les déterminants sociaux de la santé mentale sont omniprésents. Elle a ainsi souhaité poursuivre son parcours dans un domaine de recherche lui permettant d’agir à un niveau davantage populationnel ou communautaire. Étant atteinte d’une maladie génétique rare, son parcours l’a également convaincue de l’importance de considérer le savoir expérientiel et a nourri son intérêt envers les partenariats avec les patients.

Myriam Fournier Tombs
Myriam Fournier-Tombs

Étudiante au doctorat

Myriam est étudiante au doctorat en santé globale à l’Université de Genève et membre de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés. Elle détient une maîtrise en gestion et leadership en santé de l’Université de McGill. Dans le cadre de son projet de maîtrise, elle a collaboré avec un refuge pour femmes en situation de marginalité pour piloter un modèle de soins intégrés dans leur clinique de proximité. Elle est également titulaire d’un diplôme d’ostéopathie et a œuvré dans le milieu clinique pendant près de dix ans, avec un intérêt particulier pour la santé des femmes. Myriam travaille au Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public depuis 2018, où elle est responsable du Réseau du partenariat. Elle est également coordinatrice de l’Axe Partenariat de l’Unité de soutien au système de santé apprenant Québec.

Son projet de recherche doctoral porte sur l’engagement des migrants à statut précaire au niveau des soins et services et de la gouvernance en santé ; son terrain de recherche est basé à Montréal et sera déployé en partenariat avec Médecins du Monde Canada.

CPPP-Mathieu-Isabel
Mathieu Isabel

Clinicien-chercheur

Mathieu Isabel est médecin de famille affilié au Département de médecine de famille et de médecine d’urgence de l’Université de Montréal. Il travaille au GMF-U et CLSC des Faubourgs comme médecin-enseignant auprès des étudiants et résidents en médecine familiale. Il agit aussi comme chef médical à la clinique itinérance du CLSC, une clinique spécialisée en interventions auprès des personnes en situation d’itinérance. Ses intérêts de recherche portent sur l’analyse des interventions médico-sociales auprès de populations dites vulnérables. En 2020, il a complété une maitrise en anthropologie médicale de l’Université McGill portant sur la notion de la vulnérabilité relationnelle lors d’interventions en contexte d’itinérance à Marseille en France. Il est également praticien-chercheur au CREMIS, le Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté. Au sein de la Chaire, il co-dirige actuellement avec Dr Antoine Boivin une étude visant à étendre les soins communautaires intégrés en partenariat avec les patients et les citoyens pour soutenir les populations en situation d’itinérance, dans le cadre du projet Communauté soignante.

© 2024 - Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et les communautés | Site Web par: MixoWeb